Le Chat, Tome 16 : Le chat, acte XVI PDF

Mais si cela est vrai, cela prouve quatre fois plus que ce que M. R. voulait prouver.


Le souffle poétique de la couverture laisse sans voix. Deux mâles y jouent la scène du balcon dans Roméo et Juliette (comme c’était la règle dans le théâtre élisabéthain). Le Chat est bouleversant dans le rôle de Juliette lorsqu’il félicite Roméo d’être si bien monté (sur l’échelle). Quelle belle pièce ! Tout l’album est du même tonneau (comme aurait dit Diogène) : tour à tour réjouissant, iconoclaste, profond, philosophique et toujours drôlissime, le couple Geluck / Le Chat continue de nous surprendre à chacune de ses sorties. On en redemande.

Les premières réactions sont encourageantes :

«Je suis carrément jaloux des trouvailles du Chat».
William Shakespeare

«J’aurais pas fait mieux».
Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière

«C’est tout ce que j’aurais aimé d’écrire et de dessiner mais que je n’ai jamais savoir pu». Sophocle

Depuis septembre 2010, Le Chat de Geluck est disponible sur iPhone !

L’heureux abonné recevra chaque matin un dessin inédit, des infos de première bourre ainsi que des jeux, iLivres, conseils du Docteur G et vidéos hilarantes qu’il pourra ranger dans sa geluckothèque. Le Chat est sans doute l’application la plus complète de tout l’AppStore (1.59 euro). A découvrir d’urgence !

Philippe Geluck poursuit depuis 1975 une carrière d’humoriste tous terrains : théâtre, presse, radio, télévision et bien sûr édition chez Casterman (Le Chat côté bande dessinée, mais aussi les aventures du Docteur G. ou ta trilogie encyclopédique). Il est aujourd’hui l’un des auteurs les plus populaires de la bande dessinée franco-belge.

Ses termes sapent l’engagement du Qatar et empêchent les autres États parties d’évaluer l’ampleur de cet engagement. Par conséquent, le Gouvernement de la République de Hongrie fait objection aux réserves formulées par la République islamique du Pakistan lors de l’adhésion à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1984 , en ce qui concerne les articles 3, 4, 6, 12, 13 et 16. Milan, 1990. Exposition, Florence, Palazzo Vecchio, 7 juin-16 septembre 1990, p. 200, repro de couleur. p. 20; Attilio Droandi.-}