La tyrannie du choix PDF

Comme les produits sur une étagère de supermarché, nos carrières, nos relations, nos corps, nos identités mêmes semblent être là pour le choix.


Mot d’ordre de nos sociétés, le choix est devenu une tyrannie. Tout devient l’objet d’un « choix » supposé libre et rationnel : partenaire(s) amoureux, profession, procréation, mode de vie et de consommation. Et si on doit choisir c’est afin de « devenir soi-même », ce qui engendre anxiété, angoisse, frustration, insatisfaction. Ainsi tenu de vivre sa vie sur le mode de la consommation tout en se conformant aux canons de la singularité, l’individu est soumis à une injonction paradoxale, qui l’amène à une situation d’échec permanent. En outre, cette illusion de maîtrise que donne le fait d’avoir le choix occulte tous les conditionnements réels, psychologiques, sociaux ou anthropologiques qui le déterminent. Et complètement centrée sur l’individu, elle fait disparaître toute dimension d’engagement collectif contre l’inégalité foncière de nos sociétés. Pour redonner sa juste valeur au fait d’avoir à choisir, il ne suffit donc pas de modifier ses habitudes de consommation, mais d’interroger plus fondamentalement les présupposés du choix, et en particulier ses fondements inconscients. Choisir serait alors plutôt ressaisir sa vie comme sujet conscient, savoir discerner ce qui dépend de chacun et saisir l’occasion dans une existence ouverte à l’imprévu et aux surprises. Traduit dans de nombreux pays, ce bref essai pugnace, pertinent et agréable à lire explore la problématique du choix dans toutes ses dimensions sans les simplifier à outrance. C’est un texte formidablement stimulant qui pourrait s’inscrire dans la lignée de No Logo.

De nombreux processus ont été identifiés qui peuvent clarifier pourquoi une augmentation du choix conduit à la tristesse. Nous avons tous interagi avec des systèmes maladroits qui ont beaucoup trop de nœuds de choix, même s’ils peuvent facilement apprendre des comportements individuels des utilisateurs (machines ATM, n’importe qui?), Et certains vous forcent même à faire des choix quand il n’y a qu’un seul chemin réaliste (Ne me lancez pas sur l’implémentation hasardeuse d’EZPass). Les logiques de marché et l’idéologie du choix rationnel submergent ainsi les imaginations et les désirs d’aujourd’hui qui supplient de former la base de toute notre identité, économique et autre.-}