La Mort, pourquoi on n’en parle pas ? PDF

Une personne peut naître dans un village, y être scolarisée, travailler là-bas et avoir une maladie terminale et personne ne vient chez elle pour leur rendre visite.


Pour vous, la vie ne fait que commencer et vous vous sentez bien vivant. La mort, la vôtre mais aussi celle des autres, vous semble à des années-lumière. Pourtant, quand elle s’invite parmi nous, elle nous laisse démunis, sans voix.

À quoi sert la mort ? Comment s’occupe-t-on du corps du défunt ? Où va l’esprit quand le corps cesse de vivre ? Est-ce grave quand on n’arrive pas à pleurer ? Comment surmonter sa peine ? Et comment conserver un souvenir bien vivant de la personne disparue ?

Autant de questions que les ados n’osent pas toujours poser, par pudeur ou par convention, et auxquelles Sylvie Allemand-Baussier répond, en tenant compte des différentes religions et des rites. Une chose est sûre, la mort est une étape normale du processus de vie. Alors, osons en parler !

Sylvie Allemand-Baussier, éditrice d’encyclopédies générales et journaliste, se consacre aujourd’hui à l’écriture de documentaires historiques et d’essais pour les adolescents sur des thèmes forts, tels que le handicap ou la mort. Elle a déjà publié « Un copain pas comme les autres » et « Le Handicap, le guide de l’autonomie » (DLMJ). Elle vit à Evreux.

Véronique Deiss est née à Strasbourg en 1965. Elle y étudie aux Arts Déco, dans l’atelier de Claude Lapointe puis crée des dessins humoristiques pour la presse et l’édition. Elle a reçu de nombreux prix (Prix Non fiction Bologne 1995, Prix humour tendre du salon international du dessin de presse de Saint just-le-Martel en 2000).

Je pense que c’était Jack ne voulant pas que sa femme voie quelque chose qu’elle devrait affronter jour après jour pour le reste de sa vie. Mais vous allez traverser ce processus, et vous devez le traverser seul. Pourtant, les médecins en soins palliatifs nous disent que la douleur incontrôlable est aussi rare que le pour cent.-}