Guerre totale à l’Est: Nouvelles perspectives sur la guerre germano-soviétique (1941-1945) PDF

Geoffrey Roberts (2016) Révision de The Romanov’s de Simon Sebag Montefiore.


« Il est impossible de concevoir l’étude de la Seconde Guerre mondiale sans évoquer le conflit germano-soviétique. Ce choc de titans est en effet une véritable guerre dans la guerre et le conflit de tous les superlatifs : immensité des espaces russes, climat extrême, masses humaines et matérielles inouïes, destructions et massacres de civils à grande échelle, combat entre les deux grandes idéologies totalitaires du XXe siècle.
Depuis 1945, les historiens occidentaux ont présenté la guerre à l’Est d’un seul point de vue car les archives accessibles n’étaient alors qu’allemandes. Aujourd’hui, la plupart des analyses ont été battues en brèche par des historiens anglo-saxons, allemands, russes et français qui, depuis la chute de l’URSS en 1991, ont profité de l’ouverture des archives soviétiques pour donner un souffle nouveau à l’étude de ce conflit impitoyable.
À travers l’étude de la planification et de l’exécution des opérations, le lecteur trouvera des considérations économiques, politiques et diplomatiques. Car il s’agit d’écrire une nouvelle histoire de ce conflit en insérant des problématiques issues des sciences humaines dans le champ de l’histoire militaire.
Les grandes opérations allemandes et soviétiques sont ici analysées en détail : l’opération Barbarossa, l’opération Blau (offensive stratégique de l’été 1942 qui mène les Allemands à Stalingrad), l’opération Uranus qui enferme la 6e armée allemande dans Stalingrad, la bataille de Koursk… On y verra enfin une description de l’art militaire soviétique, longtemps minoré – voire méprisé – par l’historiographie occidentale, et qui a pourtant permis à l’Armée rouge de terrasser la Wehrmacht. »

Ceux qui veulent l’histoire opérationnelle en anglais, avec des détails sur d’autres parties du front, devront chercher ailleurs, mais les descriptions des pièces de combat d’Overy sur les grandes batailles, en particulier de Koursk, sont excellentes. Ils se considéraient avant tout comme un pouvoir impérial. Babadzhanian, qui commandait la 3e brigade mécanisée du corps de Katukov.-}