De l’identité nationale PDF

Les nouvelles générations sont socialisées dans une identité nationale changeante mais continue, et souvent perçue comme invariable.


À partir des années 1850, une véritable « internationale raciologique » voit le jour au sein des sociétés occidentales : des sociétés savantes apparaissent, des cours sont dispensés, des revues et des ouvrages sont publiés, des musées exposent des collections de crânes, des cerveaux momifiés aux côtés d’objets ethnologiques.
Cette science s’installe au moment où les identités collectives prennent comme référence centrale la nation, au moment où s’affirment et s’exacerbent les identités nationales des États occidentaux. La science des races apporte ainsi sa contribution à la construction des identités nationales au sein des nations occidentales, contribuant à une véritable racialisation des identités dans des États très différents : les anciens États-nations (France et Grande-Bretagne), les vieux Empires multiculturels (Autriche-Hongrie, Russie tsariste puis soviétique), les États-nations en formation tels que l’Allemagne ou encore la Turquie kémaliste.

Il est le co-auteur (avec Thomas Gloning) d’une histoire de la langue allemande à travers les textes. Il synthétise le passé, exprime le présent et signale les directions futures. Amnesty International a récemment résumé les recherches publiées par des organisations indiennes de défense des libertés civiles et des journalistes concernant l’un des nombreux exemples continus.-}